vous permet de trouver la bonne personne en moins d'une minute. En savoir plus
Allez vers le site ListMinut


image
Le jour où la confiance et la réputation ont remplacé l’argent.

Je vous en parlais déjà lorsque je partageais avec vous les différentes tendances qui feront 2013. Mais oui, souvenez-vous (ou plutôt, relisez l’article juste en dessous…), mon petit article sur ces plateformes qui permettent d’échanger et de réaliser des transactions directement entre les individus. Cela ne vous dit toujours rien ? Ok, je me lance alors !

L’économie collaborative, ce modèle basé sur l’échange et la collaboration entre les individus, est occupée à prendre une place de plus en plus importante dans la société. 

La consommation collaborative from adesias. on Vimeo.

Si j’écris aujourd’hui c’est non seulement pour attester de ce changement, mais aussi et surtout pour aborder un phénomène connexe à ce nouveau modèle économique : la création d’une nouvelle valorisation, non plus basée sur l’argent mais sur la confiance et la réputation.

Car la base même de ces principes de collaboration se fonde sur la possibilité de faire confiance. Confiance dans l’autre, confiance dans le partage, confiance dans la qualité de l’échange. Alors que certains critiquent internet et prônent un retour à l’échange concret et réel entre deux personnes, les nouvelles plateformes disponibles sur la toile répondent par un majestueux « ah bon ? », car internet a cet atout (à double tranchant me direz-vous) d’offrir une transparence de l’information propre à chaque individu. 

Il est aujourd’hui possible de connaitre les différentes interactions d’une personne avec les autres en analysant ses différents profils (sur les réseaux sociaux mais aussi sur les sites tels qu’eBay ou les autres plateformes de partage) et en « retraçant » son passé, sans que l’individu ne puisse manipuler ou intervenir directement dans le processus. 

Certaines études montrent qu’internet permet de faire plus facilement confiance à un inconnu sur le web qu’à certains de ses proches ou personnes côtoyées régulièrement.  

 image

La réputation et la confiance qui en est induite sont donc des ressources qui sont maintenant accessibles et tangibles. Il n’est plus question de vendre un produit au travers d’une image de marque lisse et sans défaut. Ici, les moindres détails de ce que nous faisons sont disponibles et attestent de notre qualité, ou pas. Plus l’information est complète, plus la confiance peut s’établir sur le long terme.

Il y a quelque temps, les médias présentaient la réputation d’une personne sur les réseaux sociaux (calculés par des outils tels que Klout par exemple) comme étant la nouvelle valorisation économique. Aujourd’hui le concept va encore plus loin (et semble moins superficiel…) et propose aux personnes d’être valorisées par la qualité de ce qu’elles partagent, le tout évalué par des milliers d’autres individus qui peuvent attester, ou non, de cette qualité. 

image

La confiance est donc à la base de la collaboration, c’est donc la future  « monnaie » de ces systèmes d’échanges virtuels.  Bien que l’argent rentre en compte dans le système, le principe d’économie collaborative met en avant un facteur transactionnel longtemps oublié : le facteur humain qui, dans le cas présent, se monétise au travers de cette réputation. 

Photo Alexis SafarikasAlexis Safarikas